more from
Let artists be

Design intérieur

by Brigitte Saint-Aubin

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      $11 CAD  or more

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Design intérieur est le 4e album en carrière de cette auteure-compositrice-interprète. Réalisé par Guido Del Fabbro.

    Includes unlimited streaming of Design intérieur via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 7 days

      $15 CAD or more 

     

1.
On annonce de la pluie débordant des lits Des rivières détournant le cours d'une vie Inondant le tapis gris, de la chambre d'enfant Une pluie de jonquilles au printemps On craint pour certain, des vents déroutants Des jours qui ressemblent à la nuit d'avant Une guerre de Cent Ans à chaque instant Des couronnes d'œillets avant le temps J'ai peur de me noyer Dans l'eau salée C'est la mère à boire d'imaginer Traverser la nuit, le jour, le soir sans toi Pour l'éternité C'est la mer à boire La mer à boire On annonce des raz-de-marée des villages inondés Des rats dégoutants dégorgeant des égouts bondés On annonce la fin du monde, mais surtout la tienne On m'annonce la fin d'une vie comme si c'était la mienne Refrain Aujourd'hui le soleil brille et moi je pleure J'ai peur de la tempête et du changement d'heure Je sais que la vie n'est pas un terrain infini Mais dans mes nuits d'insomnie, je prie
2.
Je m'ennuie, ça fait dur Une vraie torture je te jure Je prends une grande marche chaque jour Mais chaque jour c’est pas moins lourd Je te porte avec moi Je dépose sur le lit L’or et le jonc qui nous unit J'envie la vie, la vie d'avant J'ai peur de l'ennui, la nuit devant Je te porte avec moi Je regarde ton image Nos photos de voyage Je prends mon auto pour une balade Voir notre maison à La Pérade Je te porte avec moi Dans les ombres qui s’étirent Les souvenirs m’enivrent, Et dans mon musée de givre J’attends que l’été arrive Je te porte avec moi Je m’ennuie, ça fait dur Mais j’attends l’été, je t’assure Je te porte avec moi
3.
Les amoureux 03:05
Je t'ai aimé dans l'herbe fraiche Au bord du quai prêt pour la pêche Je t'ai aimé au bord du gouffre Je t'ai aimé dans un seul souffle Je t'ai aimé sous le grand chêne Bu à la source de tes peines Bercé le fruit de notre amour Mille et une nuits et mille et un jours Te souviens-tu de ce baiser Que tu m'as volé dans la rue Sans avoir bu, j'étais grisée L'amour, je l'avais reconnu Allez viens Raconte-moi l’histoire De ces deux amoureux Jamais devenus vieux Allez viens Aimons-nous encore Aimons-nous plus fort On s'est brisé dans la tempête Comme une vague sur la falaise Mais comme on vient d'un autre temps On n'a pas jeté nos serments d'amants On a réparé nos querelles Soigné les ailes de l'hirondelle La liberté de nos vingt ans On se la donne à chaque instant Malgré le temps qui s'étincelle On se croit toujours au printemps Et notre amour sera éternel Quand nous serons poussières dans le vent Refrain Je t'ai aimé dans l'herbe fraiche Au bord du quai prêt pour la pêche Je t'ai aimé au bord du gouffre Je t'ai aimé dans un seul souffle
4.
Je prends un cahier Canada Je mesure l'espace entre les lignes C'est que depuis quelques mois Je vois les espaces qui s'enlignent J'entends les faux silences Qui se battent dans un ring Plus grand qu'une feuille blanche Y’a trop de bruit j'imagine Je prends la mesure des choses Je prends un calendrier Je mesure les intervalles Le décompte de nos baisers Le dernier, ça fait un bail Nos accords imparfaits Sur des sillons parallèles Chante un refrain qui déplait Dans la mesure du réel Je prends la mesure des choses Je déteste la météo Mais je prends la température On ne contrôle pas la nature C'est une année sous zéro Je calcule les superficies Car on se perd dans le décor On se perd même dans notre lit Je connais plus la taille de ton corps Je prends la mesure des choses Je mesure le temps qui passe Je fais le tour de ma vie Je suis presque à la moitié Où sont passées mes envies? Quand y’a la mort à côté 21 grammes d'air qui se perd On sait que 6 pieds sous terre Y’a que l'histoire à conter Je prends la mesure des choses Je pèse mes mots sur les lignes De mon cahier Canada Mon amour je veux qu'on s'enligne Est-ce qu'on s'aime encore tu crois ?
5.
Jamais j'oublierai les matins qui réchauffaient nos corps Couverts par le soleil qui éclairait si fort Jamais je ne pourrai trouver un si bel accord L'amour a déserté, jamais j'aimerai encore J'aimais quand on riait qu'on se moquait de la mort Que rien ne nous choquait, qu'on parlait jusqu'à l'aurore Aujourd'hui tout est lourd Une pluie de météores est tombée dans ma cour Et a changé le décor Comme un joyau Qui a perdu l'éclat des beaux jours Comme un flambeau Qui n'éclaire plus le parcours Comme un oiseau Qui ne retrouve plus le chemin du retour Est-ce le temps qui suit son cours? Jamais j'aurais cru que l'amour pouvait se dérober Se dévêtir du velours qu'on avait caressé Qui a jeté un sort pour nous désenchanter Moi qui croyais t'aimer pour l'éternité REFRAIN Comme un joyau Qui a perdu l'éclat des beaux jours Comme un flambeau Qui n'éclaire plus le parcours Comme un oiseau Qui ne retrouve plus le chemin du retour Est-ce le temps qui suit son cours? Ou simplement est-ce que l'amour fait un détour
6.
Je suis ma seule mère maintenant Je porte son costume géant Comme une ombre, elle s'attache à mes pas Et cette ombre me prendra dans ses bras Si le soleil tombe L'âme à l'hameçon De la constellation Des étoiles d'Orion Son amour est le charbon Chaque jour porte son nom La lumière à l'horizon Ma consolation Je suis ma mère sur la photo Mon père, mes sœurs, le courant de l'eau Et j'avance sans armes et sans armures Seule, comme les autres, je nage D'une rive à l'autre Refrain Son amour est le charbon Chaque jour porte son nom La lumière à l'horizon Ma consolation L'âme à l'hameçon Ma consolation Les étoiles d’Orion L'âme à l'hameçon
7.
Entends-tu ma voix À travers tes sanglots? Et vois-tu mes pas À travers le chaos? Pour combattre le feu, l'incendie Les corbeaux qui planent sur ta vie Combattre la peur sans merci Et l'infini qui plane sur tes nuits Il est loin de nous Le tout premier baiser Mais ton parfum doux Je l'aime encore tu sais Nous combattrons le feu par le feu Nous n'aurons pas peur des corbeaux Malgré la colère des dieux Nous passerons l'hiver au chaud Je veux t'épauler, te sauver J'veux te donner ce que j'ai Mon amour ne te laisse pas décourager Je vais marcher à tes côtés Mon amour La nuit a pris la place du jour Mais je voudrais bien prendre à mon tour Le poids de la douleur Qui mine les heures Tour à tour Malgré les loups Qui hurlent et nous éloignent Notre amour fou Peut bouger des montagnes Pour combattre le feu, l'incendie Les corbeaux qui planent sur ta vie Combattre la peur sans merci L'infini qui plane dans tes nuits Je veux t'épauler, te sauver J'veux te donner ce que j'ai Mon amour ne te laisse pas décourager Je vais marcher à tes côtés Mon amour La nuit a pris la place du jour Mais je voudrais bien prendre à mon tour Le poids de la douleur Qui mine les heures Tour à tour Je voudrais échanger de compteur Devenir les battements de ton cœur Être le soleil Calmer ton sommeil Mon amour
8.
J’ai besoin d’agrandir les fenêtres Faire tomber les cloisons Donner de l’air à mes poumons J’ai envie de changer de perspective Changer de point de fuite Tracer un nouvel horizon J’aimerais offrir à mon cœur Un design intérieur Du papier peint de fleurs Comme un jardin dans mon salon Retourner la terre Changer de saison Repeindre en blanc les plafonds Je ferai une élévation du corps Pour apprivoiser les courbes et les lignes Qui me dessinent encore Je ferai de mon ossature poreuse Imbibée de larmes heureuses Je ferai des tuteurs pour la vigne J’aimerais offrir à mon cœur Un design intérieur Du papier peint de fleurs Comme un jardin dans mon salon Retourner la terre Changer de saison Repeindre en blanc les plafonds J’ai envie de nouveaux plans d’avenir Dessiner des heures meilleures Changer mon regard extérieur J’aimerais rebâtir sans détruire Laisser partir pour mieux vivre Laisser mourir sans retenir Besoin de donner à mon cœur
9.
Tes bras sont un abri contre le vent Une chrysalide pour mes papillons Les glaciers d'Alaska ne résisteraient pas Pour chauffer ta maison, t'as pas besoin de bois Tes grands yeux bleus sont les plus beaux miroirs Le calme des Grands Lacs à la tombée du soir Quand je suis l'incendie, t'es la saison des pluies Tu tiens le soleil au milieu de la nuit Ton cœur est un microclimat Le plus bel endroit pour moi Ton cœur est un microclimat Mon île à moi, c’est toi Tes mains sont une vague caressant ma peau Je te donne mon dos, toi le courant de l'eau Les jardins de Versailles, de Métis ou d'ailleurs Sont jaloux, à genoux, devant autant de fleurs Refrain Quand j'ai peur de tomber, toi tu retiens le fil Ton corps est une plage au milieu de la ville T'as pas besoin de mots, j'ai pas besoin d'anneau Même au cœur de l'hiver on cultive la terre Ton cœur est un microclimat Le plus bel endroit pour moi Ton cœur est un microclimat Mon île à moi où j’aime vivre avec toi
10.
Inviter le malheur en évitant le bonheur Voir le train qui passe et lui tourner le dos Dériver dans la ville en n’arrivant jamais vraiment Faire un grand détour, toujours tourner à l'entour Embêter le béton en le piétinant sans raison Glisser sur la glace en patinant sur place Cumuler les nuages, des cumulus à l'orage Avoir peur de la peur de partir pour une heure Saboter la beauté en s'abreuvant à côté Basculer la nuit en bousculant le jour Épargner nos désirs pour d’impossibles avenirs Devenir économe des rêves qui bourdonnent Inviter le malheur en évitant le bonheur Voir le train qui passe et lui tourner le dos
11.
À partir de ce matin Tout me semble possible J'ai laissé sur le chemin Ma dernière valise Je n'attends du lendemain Qu'un jour de plus pour vivre et c'est déjà beaucoup C'est quand on n’a plus rien Qu'on peut tout bâtir Voilà que la peur me quitte La peur s'enfuit Malgré les ombres à ma suite Depuis que la mort m'habite La peur me quitte enfin Les cailloux dans mes mains Ne veulent plus rien dire Ce destin n'est pas le mien De revenir J'ai brulé à mon passage L'autel de l'église qui m'a tant bercé Ma maison dans une cage S'est envolée Voilà que la peur me quitte La peur s'enfuit Malgré les ombres à ma suite Depuis que la mort m'habite La peur me quitte enfin À partir de ce matin Tout me semble possible J'ai laissé sur le chemin Ma dernière valise
12.
J'ai tant voulu que tu m'aimes Tant voulu de toi Je me suis sauvée de moi-même Perdue dans tes bras Je ne voulais pas que tu partes Que tu t'éloignes de moi Alors je cachais mes cartes Pendant que tu jouais le roi C'est fini tout ça Je remets les armes Voilà J'ai épuisé mes larmes Brisé le charme Tu vois Je remets les armes Ça va Je retrouve le calme Libérée de toi J'ai tout fait pour te plaire Même si j'étouffais Je m'entourais de mystère En calculant l'effet Sur les planchers de verre Qui craquent sous les pas Je marchais d'une allure fière Mais je parlais tout bas C'est fini tout ça REFRAIN Je ne me fais plus la guerre Pour t'offrir la paix Les deux pieds plantés dans la terre Je me le promets
13.
Nous voilà ici encore De la brunante à l'aurore Où le mensonge éternel Des âmes accrochées au ciel Brule nos corps Tu m'appelles de temps en temps Et je te prends trop souvent Car à la lumière du jour Tu reprends tout, sans retour d'amour Si tu ne veux pas m'aimer Laisse-moi Ce refrain sans fin Ne mène à rien Amour impossible Sans tenues et sans dessous Un labyrinthe inconnu Où je n'atteins pas la cible Trouver l'issue Mon cœur cassera en deux Mais deux ça vaut mieux que trop Je ne compte pas les morceaux Qui tapissent le chemin vers le tien Refrain Nous voilà ici encore De la brunante à l'aurore Où le mensonge éternel Des âmes accrochées au ciel Brule nos corps Si tu ne veux pas m'aimer Laisse-moi Ce refrain sans fin Nous tuera

about

Réalisé par Guido Del Fabbro, cet album raconte le voyage initiatique de Brigitte, 45 ans, de retour au Cégep pour étudier en design d’intérieur à la suite du décès de sa mère. Dans une optique de renouveau et de quête de sens, Brigitte se repositionne dans sa vie, se souvient, tente de comprendre et de lâcher prise.

credits

released September 7, 2018

Brigitte Saint-Aubin : voix, guitare acoustique (6)
Denis Ferland : guitares électriques (1, 2, 3, 4, 5, 7, 10, 11, 12, 13), classique (3, 6, 9), acoustique (4, 6, 8, 11), Eastwood bass VI (2, 6), harmonica (5, 7), voix (2)
Richard Deschesne : basse, contrebasse (6, 9, 11, 12)
Alexis Martin : batterie, percussions
Guido Del Fabbro : violons (1, 2, 3, 4, 5, 6, 10, 13), alto (1, 3, 5, 6, 13), mandoline (5, 7, 12), piano (4, 6, 8, 9,12), synthétiseur (8, 13), échantillonneur (9)

Réalisation : Guido Del Fabbro
Arrangements : tous les musiciens
Prise de son : Éric Rathé
Mixage : Ghyslain-Luc Lavigne
Matriçage : Marc Thériault (Le Lab Mastering)

Enregistré au Studio B-12

Graphisme et illustrations : Brigitte Saint-Aubin
Producteur : Brigitte Saint-Aubin
Licence et producteur : B-12

Ce projet a été rendu possible en partie grâce au gouvernement du Canada.

license

all rights reserved

tags

about

Brigitte Saint-Aubin Montréal, Québec

Auteure compositrice interprète. Récipiendaire du Prix de la Meilleure Relève aux Prix de la Musique Folk. Instigatrice du réseau showdesalon.com.

contact / help

Contact Brigitte Saint-Aubin

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

If you like Brigitte Saint-Aubin, you may also like: